Dans le cadre de notre voyage d’études, nous avons eu l’heureuse occasion d’assister à la 12ème édition du Festival Franco Film organisé par l’Institut Français. En partenariat avec le Cinéma Akil, seul cinéma indépendant des EAU, cinéphiles ou amateur.ice.s ont pu assister gratuitement du 25 au 31 mars 2022 aux projections des pays de l’Organisation Internationale de la Francophonie invités à présenter un film.

Crédit : Rislane Hakym

Le festival, qui a lieu chaque année, compte une sélection d’une dizaine de films visant à promouvoir la culture française et francophone. Pour cette édition, c’est le thème de l’appartenance qui a réunit la sélection, aussi plurielle que singulière :

  • Gagarine, Fanny Liatard et Jérémy Trouilh, 2020
  • Madeleine Collins, Antoine Barraud, 2021
  • La ruche,  Christophe Hermans
  • Olga, Elie Grappe, 2020
  • The Fam, Frédéric Baillif, 2021
  • Josep, Aurel, 2020
  • Titan, Valérie Carnoy 2021
  • Sisters, Yamina Benguigui, 2019
  • Bigger than us, Flore Vasseur, 2021
  • 14 days, 12 nights, Jean-Philippe Duval, 2019
  • A tale of love and desire, Leyla Bouzid, 2021

Parmi ces films, c’est Bigger Than us, documentaire environnemental réalisé par Flore Vasseur dont nous avons pu apprécier la projection lors du début de soirée du 28 Mars. Ce long-métrage produit par Marion Cotillard retrace le combat militant de sept jeunes de 18 à 25ans aux quatre coins du monde que cela soit au Malawi jusqu’à l’Indonésie, en Ouganda, au Liban, au Brésil ou en Grèce et aux États-Unis, Flore Vasseur y met l’accent sur cette jeunesse et ses combats tels que la protection des personnes réfugiées, l’accès à l’éducation, la lutte contre le dérèglement climatique ou pour les droits des femmes. Tous.tes ont un but commun : envisager la perspective d’un monde meilleur. Sur toute la durée du documentaire, Melati, militante écologique indonésienne part à la rencontre de ces profils tous différents les uns des autres, représentants d’une génération qui se lève contre les injustices sociales, pour la dignité pour tous.tes et une planète plus saine.

C’est au sein de ce lieu unique en son genre, alimenté par la passion du 7e art que Flore Vasseur nous témoigne son envie de croiser les luttes de ces activistes qui n’ont rien à envier aux grands noms du militantisme. Avec certitude, la réalisatrice nous confirme son ambition d’exploiter la convergence des luttes au sein de son documentaire avec comme cœur de son projet l’exposition de différents portraits, témoignages et différentes luttes toutes mises en lien afin d’au mieux souligner et combattre certaines disparités sociales.

Portrait de Flore Vasseur réalisé par Rislane Hakym

Dans un tour du monde, Flore Vasseur nous retranscrit finement, soigneusement et précieusement les batailles de cette jeunesse engagée à l’aube des années 2020, qui dans la lignée de Carola Rackete, Chimamanda Ngozi Adichie ou Greta Thunberg, est galvanisée par le souhait de construire un projet commun fondé sur l’entraide, la justice et la fraternité. Cette génération déterminée à s’unir afin de réparer les erreurs de celle d’hier et qui nous montre tout au long d’un long-métrage d’utilité publique, l’importance de porter des valeurs communes à l’heure de sociétés fracturées par les inégalités sociales, l’importance de porter un combat plus grand que soi pour un monde plus juste pour tous.tes.

Par Sarrah Rguigue, Emilie Grasso, Elina Chabert et Syrine Plet

Vous aimerez également :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.